Qu’est-ce qu’une névralgie pudendale ?

Publié le : 27 janvier 20225 mins de lecture

La névralgie pudendale est un trouble neurologique qui affecte les nerfs situés dans les zones profondes du bassin. Très rare, elle touche environ 3 % de la population avec une légère préférence pour les femmes. Elle survient le plus souvent entre 30 et 60 ans, mais touche rarement les enfants. Elle se manifeste souvent par une douleur intense due à une irritation des nerfs présents dans le bassin. Cette irritation est causée en partie par une inflammation du tissu conjonctif entourant le nerf.

Qu’est-ce qui cause de la névralgie pudendale ?

La source des douleurs névralgiques est inconnue et la plupart du temps, elle disparaît sans trouver d’explication. Mais, ce que l’on sait pour l’instant, c’est que : la névralgie pudendale ou également connue sous le nom de syndrome du canal d’Alcock est une affection très douloureuse provoquée par la compression du nerf pudendal. Ce nerf est situé dans la région pelvienne et traverse un passage étroit du pénis (hommes) ou du clitoris (femmes) à l’anus. Cependant, il existe certains facteurs de risque : des exercices répétitifs tels que l’hippisme ou le vélo peuvent provoquer un microtraumatisme des voies nerveuses pudendales, bloquant leur mouvement. Certaines personnes peuvent avoir une prédisposition anatomique, par exemple, le canal d’Alcock est légèrement plus étroit et plus susceptible de se coincer. Cela peut arriver après une chute, provoquant éventuellement un hématome ou une compression nerveuse. Cela peut être le résultat d’une intervention chirurgicale sur la zone traversée par un nerf ou un traumatisme (chute). Pour plus d’information, veuillez visiter le site nevralgies.fr

Quels sont les symptômes de la névralgie pudendale ?

La névralgie pudendale se caractérise par des douleurs dorsales sévères qui s’aggravent en position assise et sont soulagées au repos. La névralgie pudendale symptômes varie entre les femmes et les hommes, chez les femmes, la douleur peut toucher la vulve, le clitoris, le vagin, l’anus et la partie allant de l’anus au vagin. La douleur survient au même endroit chez l’homme, donc au niveau du pénis, des testicules et de l’anus. Cette douleur ressemble généralement à une brûlure, un choc électrique, une compression ou un engourdissement. Parfois, il y a une sensation de corps étranger vaginale ou rectale. La douleur provoquée par la névralgie pudendale est d’une intensité insupportable et affecte la vie quotidienne, sociale et professionnelle.

Quels sont les traitements adéquats pour la névralgie pudendale ?

Le traitement analgésique de la névralgie dépend de la cause. Il est important de connaître les antécédents médicaux du patient, mais une fois diagnostiqué, il existe différentes voies de traitement qui peuvent être utilisées pour traiter la névralgie pudendale. Des médicaments anti-épileptiques sont souvent fournis. De plus, la douleur est généralement associée à un syndrome dépressif ou à une anxiété très sévère (dans plus de 50 % des cas), qui nécessite un traitement antidépresseur, indispensable à une bonne prise en charge. En parallèle, des soins spa, kinésithérapie ou exercices de rééducation peuvent être proposés. Pour les neurochirurgiens, ils ne font pas mal, mais il n’y a aucune preuve qu’ils soient efficaces pour la névralgie pudendale, et il n’y a aucun signe de les prescrire. D’autre part, les injections de corticoïdes à visée thérapeutique ne sont plus recommandés, car ils ont une efficacité limitée (seulement 16 %) et peuvent provoquer des nécroses musculaires. Mais si les douleurs névralgie symptôme persistent plus de 6 mois, on peut envisager à la chirurgie : la technique la plus efficace est de libérer le nerf pudendal en faisant une incision dans les fesses par voie transfessière. Selon des recherches récentes, ce genre de chirurgie peut être amélioré dans 70 % des cas. En outre, l’ostéopathie propose également des traitements partiels pour soulager les douleurs liées à la névralgie pudendale. Cela permet la mobilisation de n’importe quel système, qu’il soit osseux, musculaire, ligamentaire ou organique, pour réduire efficacement la tension.

Plan du site